Barcelone : manifestation monstre des indépendantistes catalans

samedi 19 octobre 2019
par  SUD Éduc

Quelque 525 000 personnes manifestent ce vendredi à Barcelone contre la condamnation des dirigeants indépendantistes catalans à de longues peines de prison par la justice espagnole pour leur rôle dans la tentative de sécession de 2017. De violents affrontements avec la police se sont produits dans la soirée.

De violents affrontements entre militants indépendantistes radicaux et forces de l’ordre ont provoqué des scènes de chaos vendredi soir dans le centre de Barcelone après une manifestation pacifique monstre contre la condamnation des dirigeants indépendantistes. Après des heures de guerre de positions près du commissariat central entre radicaux lançant des pierres ou des objets métalliques et forces de l’ordre répondant par tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes, les troubles se sont étendus au reste du centre de la ville.

Des feux, notamment sur la place de Catalogne en haut des célèbres Ramblas, et des barricades ont été élevées dans de nombreuses rues par des centaines de manifestants souvent masqués et criant « les rues seront toujours à nous ». Les unités anti-émeute ont indiqué avoir utilisé un canon à eau pour les disperser. Des dizaines de fourgons anti-émeute étaient déployés dans la ville, sirènes hurlantes.

525 000 manifestants dans une ambiance festive

https://www.sudouest.fr/2019/10/18/en-images-manifestation-a-barcelone-des-independantistes-de-toute-la-region-sont-arrives-6717454-10280.php

https://www.youtube.com/watch?v=NEaoHo6ipLs

Dans cette ville très prisée des touristes internationaux, la police régionale a conseillé en anglais sur son compte Twitter de « ne pas approcher » des zones du centre de la ville en raison d’« actes violents et de sérieux incidents ».

Nées de la frustration d’une partie de la base indépendantiste, deux ans après l’échec de la tentative de sécession de 2017, les violences ont marqué depuis lundi un tournant pour le mouvement séparatiste qui s’est toujours targué d’être non-violent. Après des heurts lors du blocage de l’aéroport par plus de 10.000 personnes lundi, Barcelone avait déjà vécu des scènes de guérilla urbaine de mardi à jeudi, d’une magnitude moins importante que vendredi soir.

Avant que ces troubles n’éclatent, une manifestation monstre avait réuni 525 000 personnes dans une ambiance festive, point d’orgue de la mobilisation entamée lundi contre la condamnation par la justice espagnole de neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à 13 ans de prison pour la tentative de sécession de 2017. Avec pour mot d’ordre « Liberté », des colonnes de dizaines de milliers de séparatistes étaient parties mercredi de cinq villes de la région pour rejoindre Barcelone.

En prévision des débordements, le gouvernement espagnol avait dépêché 200 policiers supplémentaires dans la région qui s’ajoutent déjà auprès des 2 000 envoyés en renfort la semaine dernière, relate notre correspondante à Barcelone, Elise Gazengel. Signe de la gravité de la situation, la Fédération espagnole de football a décidé de reporter en raison de ces troubles le fameux Classico, le match opposant le FC-Barcelone au Real Madrid prévu le 26 octobre.