Chine : Il y a 30 ans, le massacre du mouvement de la place Tiananmen

mercredi 5 juin 2019
par  SUD Éduc

Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 à Pékin, les chars tirent sur la foule. Suivant les sources, le nombre de mort.es va de quelques centaines à plusieurs milliers. Une répression implacable est ensuite organisée dans l’ensemble du pays. Ce massacre se situe dans le cadre de la première phase de transition au capitalisme. Celle-ci déstabilise profondément la société chinoise. « Un fossé grandissant s’est creusé entre dominants et dominéEs, et c’est cela qui a ensuite conduit en 1989 à l’éruption du mouvement ddémocratique de la place Tiananmen. Le PC a été particulièrement inquiet du fait qu’un grand nombre de salariéEs se soient mobiliséEs pour soutenir la revendication de droits démocratiques élémentaires formulée par les étudiantEs ». À Pékin, un éphémère syndicat indépendant de l’État est proclamé, et il en va de même dans une vingtaine de villes. Hanté par le spectre de la grève générale polonaise de 1980 et l’effondrement des pays de l’Est, le pouvoir réagit brutalement.

1989 représente un tournant majeur dans l’histoire de la Chine. Face aux mobilisations, le pouvoir en place refuse tout compromis, et opte pour une répression générale. La défaite sanglante du mouvement social et démocratique, crée les conditions d’un « grand remplacement » d’une importante partie de la classe ouvrière de l’ère Mao par des migrantEs venuEs des campagnes chinoises, ainsi qu’une accéléra- tion de la transition au capitalisme.

Ce qui précède est tiré dela revue internationale de Solidairespubliée en juin 2019.
[1]

Un article de la centrale hongkongaise HKCTU (indépendante du pouvoir de Pékin et de celui de Hong Kong) est disponible ci-après.